Fanny, 30 ans, sans lactose « quand le corps dit « stop » il ne faut pas s’acharner ».

photo

 

 

Bonjour! Je te remercie tout d’abord de nous faire une petite présentation: Prénom ou pseudo, âge, profession ou activité (ou pas) et intolérances.

Hello tout le monde, je m’appelle Fanny, j’ai presque 30 ans, je vis dans l’Oise avec mon mari et mes deux chats.

Je tiens le blog www.etincelle-blog.com

 

Quel est ton parcours, comment as-tu découvert ton intolérance et à quel âge? Comment juges-tu le parcours médical que tu as suivi, as-tu eu le sentiment d’être compris par les médecins ?

Lorsque j’étais bébé, je n’arrivais pas à boire de lait de vache, je vomissais tout le temps.

A tel point que ma mère a décidé de stopper les biberons de lait et les vomissements se sont arrêtés.

Mais à l’époque, on ne prenait pas vraiment au sérieux ce genre de chose, je pense que c’était considéré comme « un caprice » alors on a aussi tenté de me gaver de lait « pour les os », de me faire manger du fromage etc…

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours été malade, j’avais toujours « mal au ventre », sans que jamais on ne me prenne vraiment au sérieux (c’est « le stress » j’ai entendu cette phrase des milliers de fois). J’avais aussi de l’eczéma et une dermatite sur les bras.

A partir de la vingtaine, j’ai commencé à être épuisée non stop sans raison, et à prendre beaucoup de poids. Bien que je ne buvais plus de lait « pur » depuis longtemps, j’en ingérais quotidiennement dans la charcuterie, les desserts, les pâtisseries etc…car il y a du lactose partout !

J’ai rencontré plusieurs médecins, plusieurs diététiciens et nutritionnistes, et à chaque fois on m’imposait un régime avec des produits laitiers, ou on me disait que le problème était dans ma tête.

Il y a 3 ans, je suis allée voir une naturopathe, et dès le premier rendez-vous elle m’a dit « mais il faut que vous supprimiez le lait de vache, et vous verrez, ça ira mieux ».

Et c’était vrai. En l’espace de quelques semaines sans lait de vache, j’ai eu l’impression de revivre.

Plus de douleur, plus de ballonnement, plus de fatigue, plus de courbatures inexpliquées dans les jambes et bras, et l’eczéma s’est arrangé.

 

D’où tiens-tu tes informations et aides au quotidien? Médecins, sites internet, forums?

De ma naturopathe essentiellement, qui m’a beaucoup aidé et expliqué comment me nourrir correctement et de mon médecin généraliste de l’époque qui m’a prise au sérieux.

Au début j’ai supprimé radicalement et totalement le lactose, puis avec le temps et avec l’aide de ma naturopathe, j’ai découvert quels produits je pouvais consommer (comme la mozzarella ou le chedar, en petite quantité).

Mon intolérance varie beaucoup selon mon état de fatigue, parfois je ne supporte rien pendant une période, et parfois je n’ai aucune crise pendant un long moment.

 

Comment vis tu l’intolérance au quotidien, socialement? Avec la famille et les amis, au travail, à l’école? Te sens tu compris(e), est-ce qu’on te pose des questions, est-ce que tu continues de sortir comme “avant”?

Pour les collègues, il a fallu expliquer que « non les croissants le matin ce n’était plus possible ». On m’a demandé souvent « mais ça te fait quoi quand tu bois du lait ? », mais maintenant c’est quelquechose de totalement compris. Ils ont même trouvé des recettes sans lactose pour me faire des gâteaux, c’est adorable !

Pour les amis et la famille, il y a des personnes qui comprennent totalement et s’adaptent, j’ai le souvenir de mon père tout triste car il venait de se rendre compte qu’il avait mis une tonne de beurre dans la purée et que je ne pourrais pas la manger.

Mon mari a été totalement compréhensif et mange comme moi à la maison.

Il y a aussi ceux qui pensent qu’il s’agit d’un caprice et me proposent systématiquement des yaourts, font des raclettes quand ils m’invitent, et me parlent sans cesse « du calcium » et de « mode » de manger « sans » lactose, « sans » gluten, ce qui m’agace énormément !

Pour le resto, c’est assez facile, les restaurants asiatiques, ou même un simple steak frites font l’affaire.

 

En cas de crise, comment est-ce que tu gères, selon les lieux? A la maison, au travail, à l’école?

Je repère tout le temps où sont les toilettes en arrivant quelque part !

 

Maintenant on s’intéresse au contenu de ton assiette.

Ou fais tu tes courses? Quelle proportion de fait maison? Ton inspiration pour les recettes?

Je fais mes courses essentiellement chez Grand Frais (je me nourris de beaucoup de fruits et légumes), et dans les magasins bio où il y a beaucoup plus de choix de produits sans lait de vache et où les produits sont mieux étiquetés.

Parfois aussi chez Carrefour où il y a des produits bio pas trop mal.

J’essaye de préparer mes repas le dimanche pour la semaine, mais ayant un emploi du temps un peu chaotique, ce n’est pas toujours possible.

Je trouve des recettes sur internet, dans des livres de cuisine Vegan (j’adore celui de Marie Laforêt), je suis assez curieuse alors je n’hésite pas à tester.

 

Fais tu confiance aux produits dits sans lactose? Avec logo, sans logo?

En général oui, je fais assez confiance aux produits étiquetés sans lait de vache.

 

Fais tu confiance aux produits industriels quand l’absence de lactose n’est pas spécifiée?

En général je lis bien l’étiquette avant de me décider à prendre le produit ou non. Si j’ai un doute je ne le prends pas

 

Ton petit déjeuner et repas type?

Au petit déjeuner je prends un bol de lait d’amande avec des graines de chia (à préparer la veille), un café et un fruit

Je n’ai pas de repas type mais je mange en restaurant d’entreprise le midi, alors j’évite tout ce qui est en sauce, rempli de beurre, et dont j’ignore la composition exacte. En général je fais simple : crudités, riz ou blé, de temps en temps viande ou poisson et des fruits en dessert.

A la maison, c’est selon mon inspiration.

 

Tes produits chouchous?

Le lait d’amande, j’adore ! Et le lait à base de lait de coco pour les desserts, c’est délicieux !

 

Une astuce à partager ?

Apprendre à s’écouter, quand le corps dit « stop » il ne faut pas s’acharner.

 

Merci à toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *