Gluten et vie de couple, quand on ne peut pas accorder sa confiance [4/5]

tmp_20010-picsart_10-13-09-23-40-459662943

L’arrivée du sans gluten dans le couple est à lire ici (article 1) et ici (article 2).

Certains ont témoigné que même célibataires, cela ne leur avait pas posé de soucis pour les rencontres (article 3). Parfois cependant c’est plus compliqué que ça.

.

Gwen, 26 ans, n’est pas encore suffisamment à l’aise pour accorder sa confiance (son site)

Tout a commencé par l’intolérance au gluten et au lactose, on a mis du temps à la trouver, j’étais en couple à ce moment là, donc à la maison c’est passé de cuisiner et manger ensemble à…chacun ses aliments, chacun ses tambouilles… Il n’avait pas envie de changer ses habitudes alimentaires et malgré sa compréhension du régime, je doute encore qu’il le voyait d’un très bon œil.

Le couple en a donc sévèrement pâti car finalement, on a beau dire qu’on mange pour vivre et non qu’on vit pour manger, il n’empêche que repas=moments conviviaux=famille=partage. Et là avec les intolérances…. Le partage s’envole. Sa famille avait encore plus de mal à s’y faire, toujours des phrases du style « oh un p’tit peu ça va pas te tuer », « c’est bon le beurre, t’en veux pas t’es sûre ? », « tu sais elle est faite maison ma tarte ! »….
Tout de suite on casse l’ambiance en venant avec ses tupperwares, en ne mangeant pas comme tout le monde.

Bref cette histoire s’est terminée, le régime n’était pas la seule cause, mais ce fut la goutte d’eau océanique dans le vase trop plein…

Au début du régime je mangeais en plus très très peu car j’étais en pleine rémission d’une opération qui m’a bien plongé la tête dans l’eau. Il m’a fallu… beaucoup de temps et de patience pour retrouver un appétit et une envie de manger, un plaisir à manger, surtout en société.
Car encore manger seule c’est une chose, mais avec les autres, devant les autres, face aux autres… le moment où on explique que non on ira pas au resto etc…

Depuis j’ai découvert que non seulement j’avais ces deux intolérances mais que j’étais également intolérante à… une bonne vingtaine d’autres aliments, et aussi allergique au blé (si si je cumule allergie+intolérance) et aux protéines du lait (entre autre). Alors autant avant parfois quelqu’un pouvait me faire une bricole à manger maintenant….pffff je dirais que… 2/3 personnes m’ont fait à manger, et je ne suis allée qu’une fois au resto en 2 ans et demi et dans des conditions…. Bien particulières avec tout vu avec le cuisto etc. Autant vous dire qu’avec ma belle liste d’interdits oui, la vie en société s’est prise une méga claque. Maintenant je resors, je vais boire un verre avec des amis, pas de resto hormis l’exception citée plus haut car là où j’habite ce n’est pas possible.

Maintenant la question de « couple », non il n’y a personne, j’ai eu des « propositions », des personnes me disant accepter mon régime, mais je sais par expérience, que les gens pensent supporter et comprendre le 0 trace, mais dans la réalité c’est tout autre chose. Car c’est tout un tas de mécanismes et d’habitudes qu’il faut briser, changer, modifier, pour ne pas me rendre malade et… personnellement je trouve ça égoïste de ma part de l’imposer à qui que ce soit. A tort peut-être, ou peut-être que je n’ai pas encore rencontré la “bonne personne”, celle qui me fera avoir confiance en lui, et qui ne me donnera pas cette sensation de lui « gâcher la vie et ses plaisirs » mais en attendant cette perle rare, je suis seule, et par choix du coup.

Mais… disons que j’ai choisi de me « faciliter la vie », et surtout de ne pas compliquer celle des autres, j’aurais trop la sensation de le forcer à faire des efforts, et ça me stresserait trop de le savoir me faire à manger, de lui faire confiance etc. Car la confiance… ça c’est dur, très dur à avoir en un pur inconnu qui mange baguette/nutella, pizza/bière, raclette/glaces….

Mon point de vue est sûrement extrême, je le sais, j’essaye de faire confiance aux autres pour me faire à manger mais quand je vois que même chez ses 2/3 personnes des accidents sont arrivés malgré tous leurs efforts et leurs connaissances de ma santé, je me dis qu’un inconnu….. au début ce sera bibi en cuisine, ça oui c’est sûr, mais pour évoluer il faut céder du terrain et ça… c’est un effort que je ne me sens pas encore capable de passer.

Heureusement ma famille comprend bien mon régime, et mes rares amis (oui parfois ça trie aussi les amis) aussi, ce qui me permet de leur rendre visite ou de sortir mais je reste toujours sur mes gardes. En attendant de trouver ce « grand amour » je cuisine, car ça reste une grande passion, je me fais plaisir, réapprenant petit à petit à aimer manger, à partager mes repas avec les autres pour un jour enfin changer ma vision qui sait 😉

Aimant la vie et la cuisine j’ai débuté un blog culinaire pour les multi « sans », et puis je suis admin d’un groupe facebook pour les intolérants/allergiques, et c’est aussi ça qui me permet de garder un lien avec les autres dans le même pétrin, de ne pas se sentir « monstre » et de garder un moral d’acier <3

.

Le dernier article sera consacré à Lulu, qui a un joli message positif et plein d’espoir pour vous.

Lire le dernier article

3 commentaires

  • Bon ça me rassure alors… merci beaucoup en tout cas pour avoir exposé tous les cas différents, je pense que chacun y trouvera un bout de lui, c’est vrai qu’on a tous des parcours différents, un vécu et des intolérances aussi différentes. Mais merci 🙂

  • Mdr face aux autres témoignages je me sens…. super déprimée maintenant alors que quand on me connait on sait que pas du tout, que j’assume mon choix et que je le vis bien. Bref je ne voulais pas casser le moral des gens, car oui on peut très bien vivre aussi avec l’intolérance au gluten, et heureusement 🙂
    Merci en tout cas pour tout ces témoignages intéressants et poignants <3

    • Sur FB j’ai eu un commentaire sur les premiers articles, une femme qui disait rester célibataire par choix, comme toi! Je suis sure qu’en lisant ensuite ton témoignage elle s’est reconnue.
      Moi au contraire ça me semble essentiel de montrer qu’on est pas tous pareil, et qu’on peut aussi faire le choix, pour sa santé, de ne pas prendre de risque.
      Ca s’appelle simplement prendre soin de soi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *