Gluten et vie de couple, l’arrivée du régime au sein du couple [1/5]

tmp_20010-picsart_10-13-09-20-10418754043

Entamer un régime sans gluten n’est pas simple, si vous naviguez sur ce site, vous en savez quelque chose. Cela bouleverse nos habitudes alimentaires mais aussi sociales .

J’ai voulu m’intéresser au retentissement au niveau du couple, quand il y en a un, ou de la vie amoureuse quand on est célibataire.

Vous avez été nombreux à me répondre et je vous en remercie, j’avais des pages et des pages à exploiter. J’ai fait le choix de conserver le plus possible de vos témoignages, et donc de publier plusieurs articles plutôt que de condenser vos histoires. Pas mal de lecture à venir donc, et j’espère que ca vous plaira!

.

Pour beaucoup d’entre vous, l’arrivée du régime sans gluten dans le couple n’a pas posé de problème particulier.

.

Galathée, 33 ans:

Mon mari s’inquiète et s’habitue à ma nourriture, bien sûr je ne le force pas à manger mon pain sans gluten que je fais moi même, il n’arrive pas à s’y résoudre et je le comprend totalement. Pour le reste il mange mes pâtes sans gluten et s’il désire autre chose de « normal » il le mange avec ses collègues à midi.

Je lui fais des lasagnes et cannellonis pour lui et j’en fais d’autres pour moi, je passe encore plus de temps en cuisine (et j’en passait déjà beaucoup avant je trouvais lol)

Quand il réserve au restaurant ou à l’hôtel pour les vacances, il s’assure toujours que je pourrai manger…

Je dis toujours à mes amis de ne pas s’inquiéter, je suis fournie avec mon pain sans gluten et mon lait végétal.

Mais je dois bien avouer que ce n’est pas facile tous les jours et que je me sens punie sans raison.

.
Ysa avait témoigné de sa maladie sur ce blog.

Je suis en couple et c’est moi qui cuisine. Mon compagnon s’adapte volontiers à mon régime alimentaire tout comme je m’adapte au sien.

Il m’arrive de lui cuisiner de vraies pâtes quand je le laisse le week end mais sinon ça ne lui pose aucun problème dans la mesure où c’est une question de santé. Je lui achète du vrai pain mais il mange également mon pain sans gluten.

.

Laclavie, 29 ans

J’ai la chance d’avoir un mari qui me soutient dans tous mes changements (le plus récent est le véganisme). Il mange les mêmes choses que moi ainsi que mon fils de 5 ans même s’ils ont toujours leurs produits (beurre, pain, fromage…) . Tout se passe bien il y a toujours plusieurs choix à table du fait de mes intolérances et de mes choix (vegan), chacun mange ce qu’il veut (en respectant certaines règles pour mon fils quand même ce n’est pas Beyrouth à la maison!).

.

Parfois, le régime sans gluten a été vécu comme une libération, plutôt qu’une contrainte. Les deux témoignages suivants font énormément écho à ce que j’ai pu vivre personnellement.

.

Chartressansgluten, 43 ans (son site)

J’ai du entamer (ainsi que mon tout petit garçon… mêmes intolérances !) un régime sans gluten, ni soja, ni lait de vache il y a 6 ans environ.

J’étais déjà mariée à mon amoureux depuis longtemps !!

Il n’a pas été difficile de le convaincre des bienfaits et de l’importance du régime, car au bout de 2 mois environ, nous allions déjà bien mieux mon fils et moi et nous retrouvions à peu près une vie normale (j’étais dans un état catastrophique auparavant, depuis 2 ans) !

Pour nous le démarrage du régime n’était pas synonyme de « mauvaise nouvelle » mais plutôt de « enfin des solutions ! »

Mon mari s’est alors pas mal intéressé au rôle essentiel de l’alimentation sur la santé, a réalisé qu’il n’était en fait utile à personne de consommer autant de gluten et produits laitiers… Il a donc commencé par beaucoup les « diminuer » … et il a ressenti un mieux-être ! Il s’est alors rapidement tourné de lui-même vers le même régime que nous! Il a ensuite vu certains de ses soucis disparaître… et revenir dès qu’il recommence à manger comme avant !

Cette expérience positive commune du régime pour combattre les problèmes nous a en fait plutôt rapprochés ! C’est un sujet sur lequel nous avons trouvé une connivence, une complicité et aussi sur lequel nous faisons front ensemble si nous subissons des « attaques » par les personnes peu convaincus (et parfois peu tolérantes !).

Je me suis sentie épaulée grâce à lui, encouragée dans mes efforts, et tellement moins gênée d’imposer à ma belle-famille de cuisiner autrement pour nous ! Je me sens moins seule lorsqu’en société tout est parfois plus compliqué ou moins « convivial » …et c’est souvent lui qui m’a donné le courage de faire face aux petites complications pour sortir en amoureux… qui a pris l’initiative de réserver à certains endroits, où finalement en effet tout s’est bien passé !

J’ai cette chance !

.

Virginy, 43 ans, son site ici

Quand le diagnostic est tombé nous l’avons vécu comme une libération, que se soit avec mon mari ou les enfants ! J’étais souffrante depuis un bon moment et l’état s’aggravait, je parlais presque plus, je me renfermais tellement je souffrais, suivant ce je mangeais j’étais vite ballonnée et j’étais souvent malade, mais on ne savait pas pourquoi ! Mon mari s’inquiétait beaucoup, il a suivi tous mes rendez vous médicaux, il a été un réel soutien et un appui pour moi. Donc aux premières analyses c’était un soulagement, j’en ai pleuré de joie ! Je devais manger autrement mais on savait que j’allais mieux me porter, enfin ! A suivi la confirmation par bilan gastro et biopsie.

Tout de suite nous sommes allés en courses et il s’est intéressé, il fait même les courses seul et sait quoi acheter ou pas ! La moindre info l’intéresse, quand je lui parle de mon blog aussi, il m’a même encouragé pour le faire. J’avais besoin de parler et communiquer.

Ce que cela a changé : notre façon de vivre bien sûr mais de façon positive, notre façon de voir les choses aussi face à l’incompréhension de certaines personnes. Nous sommes vite jugés quand nous sommes malades. Il aime goûter mes produits et mes créations. Il a revu aussi sa façon de s’alimenter. C’est le grand sujet de conversation de la maison. Cela n’a jamais été sujet de dispute ou prise de tête, bien au contraire !

.

Malheureusement, tout ne se passe pas toujours aussi simplement, c’est ce que nous verrons par la suite.

Lire l’article 2

Lire l’article 3

Lire l’article 4

Lire le dernier article

Un commentaire

  • Merci pour cette série d’article sur un sujet souvent un peu oublié… On parle de la frustration par rapport à la nourriture, du problème des sorties et de l’aspect social… et pas assez souvent de l’enjeu au sein du couple, ou pour pouvoir faire des rencontres… Il peut y avoir beaucoup d’incompréhension, de culpabilité, de gêne… à surmonter !!
    Mais (comme j’en témoigne) cela peut aussi très bien se passer ! 🙂 Et créer un lien supplémentaire, comme toute épreuve.
    Belle soirée !
    Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *