Après 5 ans de régime, un bilan

graphics-875115_1280

Il y a peu, j’ai réalisé que ça faisait 5 ans que je suivais ce régime sans gluten.

Déja! Et à la fois, j’ai maintenant du mal à me rappeler ma vie d’avant. Alors c’est l’heure d’un petit bilan car j’ai fait parler les autres de leur mode de vie, mais du mien assez peu.

Au bout de 5 ans, comment gère-t-on la frustration?

En tout sincérité, du fond du coeur.. au bout de 5 ans je n’ai plus du tout le même rapport à la nourriture « avec ».

Je me revois lors du 1er repas où j’ai été invitée juste après le début du régime, quitter la table en ravalant mes larmes car je réalisais que je ne pouvais RIEN manger. J’avais envie de tout, je rêvais la nuit que je mangeais une baguette de pain.

Aujourd’hui rien de tout ça.

Au fil des ans, ma cuisine s’est améliorée, je peux compter sur des recettes de « comfort food » inratables comme le cookie in a mug, le cake express au chocolat.. . Ainsi si je vais quelque part, même si je suis limitée dans ce que je peux manger… le lendemain, chez moi je me fais plaisir avec une super recette et je suis aussi heureuse.

Il y avait deux choses seulement qui me faisaient mal au coeur, la galette des rois et la pizza au fromage. Et cette année je me suis rendue compte que même la galette ne me faisait plus si envie que ça. J’avais une idée pour en faire une SG/SL et puis j’ai laissé tomber, autre chose à faire, ça n’était plus si important.

Alors il reste ma chère pizza au fromage, doux souvenir de mes soirées d’étudiante.. sans doute que ça passera aussi mais enfin, c’est très gérable comme frustration!

Donc toi qui commence ton régime, ou toi qui depuis déja plusieurs mois vis mal le fait de passer devant une boulangerie ou les rayons pains et gâteau des magasin, je te JURE, je te PROMET que ça passe, on s’y fait. Ca met du temps mais on s’y fait.

 

Aujourd’hui, mon mode de vie alimentaire

A la maison:

J’ai un chéri qui mange « avec » mais qui a été conquis par pas mal de mes recettes.

Matériellement, on a une cuisine en U. Tout simplement, placards et plan de travail de gauche sont à moi, la plus grande portion, et à droite c’est à lui.

Que ce soit le soir ou le week end, on mange très souvent la même chose, pour des questions de simplicité mais pas que, puisque il aime beaucoup de mes recettes.

Quand il veut quand même se faire un repas « avec » il a ses propres ustensiles, poele, casserole, passoire, cuillères. On ne fait pas cuire les poeles et casseroles côte à côte pour ne pas risquer les projections.

Pour la vaisselles pas de précaution particulière en revanche (si ce n’est de laver soigneusement bien sur) mais je sais que pas mal d’intolérants prennent leur éponge dédiée. On met le plus de choses possible au lave vaisselle de toute façon.

 

Au bureau:

Le midi j’emmène toujours mon repas.

Je les prépare deux par deux pour ne pas faire la cuisine tous les soirs, alors ça me fait manger la même chose deux midis de suite mais ça ne me dérange pas.

Autre astuce, préparer une cocotte de sauté de porc, de veau, le week end et congeler des portions individuelles. C’est économique et il n’y a plus que la garniture à ajouter au dernier moment.

J’utilise des boites en plastique type tupperware, et mes propres couverts que je laisse au bureau.

Au travail on n’évite pas les pots de départ, ou pour fêter une chose ou une autre. Dans ces cas la je me contente de boire un coup, jus de fruit ou champagne. Et j’ai la chance de travailler près de Ladurée, les collègues savent que je peux manger les macarons donc en général ils pensent à moi, c’est toujours sympa.

C’est pas forcément facile dans une grosse structure, mais en petit comité, en expliquant bien, ça passe bien et le plus souvent on a juste de la curiosité bienveillante.

Et j’ai pu ramener plusieurs fois des gâteaux maison qui ont conquis tout le monde, sans gluten mais pas sans gout! Mais ça vous le savez.

Enfin, je n’ai pas un métier qui m’expose à des déjeuners professionnels donc je ne peux pas parler de ce point.

 

A l’extérieur:

La c’est le point qui coince.. je ne sors pas au resto. Je le faisais au départ mais très franchement j’ai si peu confiance dans les serveurs et restaurateurs…

Ca ne me manque pas car avec les amis on a toujours préféré le repas en petit comité à la maison, parfaitement compatible avec les intolérances. Mais quand on est jeune, qu’on est habitué à sortir pas mal, je peux comprendre que ça soit compliqué.

Cela dit, j’ai eu l’occasion de manger dans un grand resto à Paris et ca s’est très bien passé  ou de manger chez NoGlu, resto spécialisé sans gluten, donc on peut quand même se faire plaisir de temps en temps, bien entendu.

La famille très proche maitrise bien la cuisine Sans donc quand j’y vais, le repas est le même pour tout le monde, c’est appréciable. Ca se fait avec le temps, vous allez vous habituer mais vos proches aussi, même si au début ils pataugent un peu (comme nous)!

Et si ils ont envie de manger quelque chose de spécial que je ne peux pas manger (genre lasagnes, raclette..), ou quand je vais chez des amis peu habitués à cuisiner Sans, ils me disent d’avance le menu. Ainsi j’apporte mon propre repas mais je fais en sorte d’être raccord avec ce qu’ils mangent. Ca ne pose de problème à personne, au début ça fait drôle d’amener son repas chez quelqu’un et puis on s’y fait, l’important c’est d’être ensemble!

Pour les desserts, le risque est quand même grand qu’un plat, même bien lavé, soit contaminé, donc ils ne se risquent pas à adapter une de leur recette. Soit le dessert est simple type salade de fruit, soit je fais un gâteau pour tout le monde, c’est plus sécurisé et ça me fait toujours plaisir de faire partager.

 

Faire les courses

On fait les courses en supermarché, aujourd’hui les rayons sont suffisamment développés pour trouver la plupart du temps de quoi tenir la semaine en pain et petit déjeuner Sans Gluten.

Une fois par mois je me fais plaisir en passant une commande sur internet, depuis la fermeture de l’épicerie je cherche un site qui comblera mes attentes de la même manière.. Jusqu’à présent c’est Rizen qui m’a le plus satisfaite, il y a un grand choix et les colis sont expédiés rapidement.

 

La santé

La plupart du temps grâce à ce mode de vie j’arrive à éviter les contaminations accidentelles. Je dois être honnête, quand ça arrive par contre… c’est rude.

Les contaminations sont moins fréquentes qu’avant.. mais plus violentes malheureusement, c’est vrai qu’on le sent passer.. si je puis dire.

En me balladant sur les forums et facebook, je me rends compte que les coeliaques au régime depuis 15, 20 ans.. n’ont pas ces fortes réactions. Je les envie mais du coup j’ai de l’espoir, peut être que dans quelques années je ne réagirait plus si violemment? Espérons!

Ca reste de toute façon très occasionnel, j’ai été malade à Noel et la dernière fois, sauf erreur, remontait au mois d’Aout (de la charcuterie estampillée sans gluten mais sans logo.. grr).

Voila, très franchement, je vis très bien tout ça, de mieux en mieux même.

J’ai l’impression d’avoir passé un cap, de vivre tout ça sereinement. J’assume ce régime, j’assume les questions qu’il suscite, et j’apprécie le confort de vie que j’ai retrouvé depuis que je le fais. J’apprécie le petit cookie in a mug qu’on se partage avec mon homme le soir devant la télé, on trouve les petits bonheurs partout!

Et le rapport à la nourriture est différent. On ne prend pas les bonnes choses pour acquis, chaque découverte est un bonheur, chaque nouveau produit sans gluten est une aventure.. rien ne me met plus en joie que de recevoir ma commande mensuelle ou de découvrir une nouvelle référence que je peux manger.

 

Donc oui, on peut suivre ce régime, et être bien dans ses baskets, sans (trop de) frustration, en appréciant x1000 ce qu’on peut manger. Courage les amis! Tenez bon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *